ISL GALLERY ET EXPOSITION « DE VISU »


L'institut Saint-Lô fait désormais partie du réseau galerie des établissements scolaires de Normandie, suite à notre candidature en septembre 2017 au dispositif « De Visu », dont l’exposition inaugurale s’est déroulée à l’abbatiale Saint-Ouen de Rouen le 10 novembre 2017.
Les collégiens du Club « Métiers de l’Exposition » de l'établissement ont ainsi été associés à la création de la galerie et à sa médiation culturelle, afin de préparer cet évènement propice à une ouverture culturelle de qualité pour l’ensemble des élèves de l’Institut.

Nous avons le plaisir et la chance d'accueillir plusieurs œuvres de Marc-Antoine GRAZIANI, auteur et artiste plasticien, entre le 22 janvier et le 24 février 2018, dans notre espace d’exposition « ISL Gallery ». L’inauguration a eu lieu en présence des Petits Chanteurs de l’Institut Saint-Lô, suivie d’un temps d’échange avec l’artiste pour ce vernissage, le 1er février 2018.

Notice de présentation extraite du catalogue de l’exposition inaugurale de « De Visu » à Rouen :



« Marc-Antoine Graziani (serait) un de ces personnages composites comme Fromentin ou Michaux, un pied dans l’écriture, un autre dans la peinture […]. Les écrits impurs de Marc-Antoine Graziani étant, eux-mêmes, un mélange incertain de poésie, de prose et de roman - ou rien de tout cela - quelque chose qui file, broute, se dissipe, revient, repart, s’agite, se brise, finalement s’émiette et, dans la dilapidation, tricote […]. Ce qu’il peint est du même ordre, à la fois pensé et foutraque, allant et rongé par le doute, hanté par ce qui effrayait tant Hoffanstahl : la désintégration. Les peintures que voilà ne sont pas du street art déguisé, ni des tags plus ou moins revisités […]. Est-ce de l’abstraction ? Non plus. Alors quoi ? Un chaos.

Un chaos qui lutte contre la forme qui ferme et fixe, contre la peinture même, pour rester vivant, ouvert. Gombrowicz parle d’inachèvement, d’immaturité. Voyez comment Marc-Antoine Graziani étage ses plans, puis les dévaste pour que, selon le moment, ils apparaissent ou disparaissent, organisant ici l’ordre et là le désordre et toujours une circulation, des mouvements. Une palpitation. De la vie. De l’inachèvement, de l’immaturité. »


Michel Nuridsany



Marc-Antoine GRAZIANI vient en outre de publier son premier livre Parabellum aux éditions la Renverse : recueil de poésie hybride, urbaine et brute, empruntant parfois à la prose et au roman, livre augmenté et paysage sonore.

Parce qu’ « il n’y a pas d’acquis en matière culturelle, qu’il n’y a que des combats répétés », (Françoise NYSSEN, Ministre de la Culture) et qu’« en art, point de frontière » (Victor Hugo), l’école doit tisser des liens multiples avec le monde, l’éducation artistique et culturelle est indispensable à l’égalité des chances comme à la démocratisation culturelle, pour une société plus juste, plus créatrice et toujours plus solidaire.